jeudi 9 février 2017

Extrait du livret du Ballet Royal de la Nuit


Après le grand Astre des Cieux, 
Je suis l’Astre qui luit le mieux, 
Il n’en est point qui me conteste ; 
Et mon éclat jeune et vermeil 
Est beaucoup moins que le Soleil, 
Et beaucoup plus que tout le reste. 
Je suis l’Étoile simplement, 
Et quoique dans le firmament, 
Toute couverte de lumière, 
J’aille devant le grand galop, 
Mon destin ne m’apprend que trop 
Que je ne suis pas la première. 


ENTRÉE 
Récit de l’Aurore. 
Depuis que j’ouvre l’Orient, Jamais si pompeuse et si fière, 
Et jamais d’un air si riant Je n’ai brillé dans ma carrière, 
Ni précédé tant de lumière. Quels yeux en la voyant n’en seraient éblouis ? 
Le Soleil qui me suit c’est le jeune LOUIS. 
La troupe des Astres s’enfuit 
Dès que ce grand Astre s’avance ; 
Les faibles clartés de la Nuit, 
Qui triomphaient en son absence, 
N’osent soutenir sa présence : 
Tous ces volages feux s’en vont évanouis, 
Le Soleil qui me suit c’est le jeune LOUIS. 
Le roi, représentant le Soleil levant. 

Résultat de recherche d'images pour "ballet royal de la nuit livre"


Flûte.

  L'instrument est décorée de façon exquise et a probablement été fait entre 1730 et 1750 à Naples, où les meubles plaqués avec carapace de tortue incrusté était une spécialité. La flûte à bec soprano a été joué dans la clé de F, et des compositeurs comme  Antonio Vivaldi (1678 à 1741) ont écrit pour elle. Cependant, en 1780 La flûte avait perdu sa place dans l'orchestre, pour des instruments plus fort. Avant  que le musée ait acquis cet objet, elle faisait partie d'un trophée décoratif d'instruments à vent anciens qui pendaient sur un mur de l'appartement parisien de Gioacchino Rossini (1792-1868), le grand compositeur  d'opéra.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire