mercredi 25 juillet 2012

 

Barometre et thermometre


Barometre et thermometre
André-Charles Boulle (1642 - 1732)

"tête de poupée" sur pied Attribué à André-Charles Boulle


Cartel en forme de "tête de poupée" sur pied Attribué à André-Charles Boulle (1642 - 1732)
Mouvement de Jacques-Augustin Thury (décédé en 1739), France
c. 1712 - 1720

'The Warwick Cabinet'


Still-life marquetry panel incorporated into 'The Warwick Cabinet'
Artist: attributed to Andre-Charles Boulle (1642 - 1732), British
Date: 1680 - 1770

Materials: Mozambique ebony & various wood

Dimensions: 183 x 140 x 54 cm

Attributed à André-Charles Boulle

Bureau de Maximilien-Emmanuel, électeur de Bavière


Bureau de Maximilien-Emmanuel, électeur de Bavière - Salle du Mobilier d'argent - musée du Louvre

Paire de cabinet par Étienne Levasseur fin du XVIIIe siècle






Cabinet
Vers 1700
Paris
Placage d'ébène ; marqueterie de cuivre, d'étain et d'écaille ; bronze doré ; marbre griotte
H. : 1,13 m. ; L. : 0,82 m. ; Pr. : 0,38 m.

Restauré par Étienne Levasseur à la fin du XVIIIe siècle


grand Coffre de mariagevers1684 Boulle

 


petit Coffret en partie d'époque Louis XIV.



dimanche 15 juillet 2012

Cabinet sur pied en ébène, écaille rouge et laiton doré. Flandres, XVIIe siècle

 


img75033_201207190045_143
Cabinet sur pied en ébène, écaille rouge et laiton doré. Flandres, XVIIe siècle.
seize tiroirs et deux ventaux, avec figures de satyres. Théâtre central .

 Haut. : 174 cm - Larg. : 140 cm - Prof. : 45 cm -




  Estimation : 25000/30000€
DELORME & COLLIN DU BOCAGE

mardi 10 juillet 2012

Buffet style napoléon III boulle
 long. 1.76.  prof. 0.52.  haut. 1.43
prix 1250€
"Il existe des meubles "Boulle" d’époque Napoléon III de très belle qualité, ornés de beaux bronzes dorés. Ces meubles restent en très bon état de conservation ou supportent bien les restaurations si elles sont nécessaires. Mais la production la plus courante, ornée la plupart du temps de bronzes vernis (voir lettre mensuelle septembre 2003 pour différenciation) résiste moins bien : les tranches de placage étant beaucoup plus fines, on passe rapidement à travers la matière en cas de restauration .
Près de cent fabricants de "Boulle" sont répertoriés rien que pour la France dans la deuxième moitié du XIXème siècle .
L’amateur voulant acquérir  des meubles Boulle fabriqués à la fin du XIXème siècle, peut en trouver actuellement à des prix intéressants. Qu’il soit exigeant sur la qualité avant tout, et il pourra réaliser une plus value certaine. En effet ce type de meubles connaît actuellement un "creux" après leur hausse significative qui a eu lieu à peu près entre 1975 et 1990. D’ici une bonne dizaine d’années ils connaîtront très certainement un regain d’intérêt (uniquement pour les plus beaux), le marché étant de plus en plus sélectif.

Un conseil : quitte à payer plus cher, soyez attentif à la qualité, achetez un meuble avec lequel vous aimerez vivre et n’hésitez pas a faire appel à un expert agréé (repris dans une association imposant une déontologie) pour un conseil en cas de doute. Il vaut parfois mieux payer un peu plus et être sûr de son acquisition, que perdre tout en réalisant un mauvais achat parce qu’il existe des copies modernes qui ont floué nombre "d'amateurs".
Et enfin, veillez à avoir un taux d’humidité suffisant dans votre intérieur pour la bonne conservation de votre mobilier. Il existe des humidificateurs à des prix accessibles."
Vivian Miessen 
2004 

Commode "Boulle" d'époque Louis XVI par Levasseur


Somptueuse commode en marqueterie "Boulle" d'époque Louis XVI, réalisée par Levasseur,
Musée National du Château de Versailles.

Le célèbre marchand-mercier Claude-François Julliot (1727-1794), qui faisait partie d’une  dynastie établie de "vendeurs de tout , faiseurs de rien",a été l’instigateur du renouveau du meuble "Boulle" à la fin du XVIIIème siècle. Julliot était aussi rédacteur de catalogues de ventes publiques.

 A son initiative, des ébénistes tels que Etienne Levasseur (1721-1798) reçu maître en 1767 et qui fut élève de l’un des fils d’A.C.Boulle, restaura de nombreux meubles sortis de l’atelier du maître. Il en réalisa également des copies avec des adaptations de style Louis XVI.

Il demeure, avec Montigny, le plus grand représentant du mobilier inspiré par le style Louis XIV que certains grands amateurs souhaitaient retrouver quelques décennies plus tard dans leurs intérieurs.

Sa parfaite maîtrise de la marqueterie « Boulle » provient de son probable apprentissage au sein de l'atelier d'un des fils du grand maître dans les années 1740.

Il s'était fait également une spécialité de la restauration de ces meubles du XVIIe siècle, ce qui lui permit d'en déceler tous les secrets et toutes les possibilités décoratives offertes par l'emploi de ces différents matériaux.

Il travailla presque exclusivement pour les marchand-merciers et notamment Julliot qui était le principal fournisseur de ce type de meuble. Comme en témoigne cette paire de sellettes, Levasseur ne se contenta pas de copier servilement les grandes créations de Louis XIV. Son génie montre en fait qu'il utilisa cette technique ancienne pour les réinterpréter et les adapter à un mobilier nouveau et produire des oeuvres tout à fait originales.

 Philippe Claude Montigny (1734-1800) reçu maître en 1766 restaura d’abord, réalisa ensuite nombre de pastiches de meubles "Boulle" sous l’époque Louis XVI.

Bureau style boulle en angleterre

Rare bureau "Boulle" réalisé par la firme londonienne "Town et Emanuel", circa 1840.

En Angleterre sous l’époque Victorienne, des firmes telles que Town et Emanuel fabriquèrent également des meubles de ce type. A la fin du XIXème siècle, la plupart des pays ouest-européens eurent leurs fabricants de meubles de ce style. 

lundi 9 juillet 2012

cabinet d’époque Louis XIV de Gole


Le riche décor marqueté de ce cabinet d’époque Louis XIV , il possède un piètement postérieur comme souvent sur ce type de meuble, un inconvénient compensé par une attribution flatteuse, Pierre Gole.


 Ce cabinet peut en effet être rapproché d’un modèle similaire, reproduit dans l’ouvrage de référence sur l’ébéniste écrit par le professeur Theodoor Lusingh Scheurleer, édité chez Faton. On retrouve par exemple le même travail de marqueterie sur les tiroirs latéraux. Il peut également être apparenté au cabinet conservé au musée des Arts décoratifs de Paris, ouvrant pour sa part par deux vantaux et possédant notamment un couronnement à balustrade et pot à feu similaire. La porte centrale de notre meuble dévoile quant à elle un théâtre à double perspective, la première à miroirs latéraux flanqués de piédestaux, destinés à recevoir des sculptures, la seconde étant ornée également de miroirs, mais sur ses trois côtés. Amovible, le panneau du fond reprend la disposition de la façade, avec douze petits tiroirs. Il est orné d’une sculpture d’Hercule et dissimule trois tiroirs secrets. Descendant des fameux studiolo de la Renaissance, le cabinet est conçu pour abriter les menus objets précieux, bijoux et papiers importants. Dans un tableau de l’atelier de Frans II Francken, on voit ainsi un cabinet flamand dont un tiroir laisse apercevoir un collier. C’est également du nord de l’Europe qu’est originaire Pieter Goolen, francisé en Pierre Gole. Originaire de Bergen, dans la Hollande septentrionale, il vient travailler à Paris vers 1640, suivi très vite par ses deux frères cadets. Ses affaires fonctionnent avec succès puisque, en septembre 1651, il est en mesure d’acquérir la charge de «menuisier en ébène ordinaire du roi». Comme le font remarquer Jean Néré Ronfort et Jean-Dominique Augarde dans le catalogue de l’exposition «André Charles Boulle (1642-1732), un nouveau style pour l’Europe», Gole se différencie de ses prestigieux confrères, Boulle lui-même, Domenico Cucci et Alexandre-Jean Oppenordt, en ayant payé pour obtenir son titre d’ébéniste du roi, et non en ayant d’abord fourni la Couronne. Les mêmes auteurs écrivent que si Gole a lui aussi excellé dans la composition de marqueterie de métal et écaille, sans oublier l’ivoire, «il n’en resta pas moins jusqu’à la fin de sa vie fidèle à une thématique florale très élaborée et très personnelle, s’exprimant sous la forme d’arabesques dans presque toutes ses créations». Notre cabinet en fait une brillante démonstration.


prix 245 000 €.

drouot 2010

Bureau Attribué à Boulle

Bureau attribué à André-Charles Boulle,  proposé "dans son jus", se propulsait en 2010 à 500 000 €, sur une estimation haute de 200 000 €. Le prix de sa qualité d’exécution et de son histoire. Non content d’afficher la ligne novatrice, la marqueterie en contrepartie et les bronzes à l’antique employés par l’ébéniste du roi vers 1710, notre meuble, avant d’échauffer les enchères à Versailles, a de plus connu un destin illustre auprès des sultans de l’Empire ottoman.

 L’histoire commence entre 1720 et 1721, lorsque Ahmed III envoie Mehmed Efendi en ambassade en France. Un voyage qui devait faire sensation de chaque côté de la Méditerranée. Le haut dignitaire parcourt notre pays jusqu’à Paris, où il séjourne plus de quatre mois. L’occasion pour lui de découvrir le visage de la France sous la Régence et de faire le compte rendu de ses observations, dont une bonne partie porte sur les beaux-arts et le mobilier. Reçu par Louis XV, l’ambassadeur se voit offrir pour le sultan des présents à la hauteur de son intérêt, parmi lesquels un bureau orné de bronze doré et garni de velours... Selon toute vraisemblance, notre meuble. Conservé dans la descendance du sultan, le bureau sera même orné de rubis – aujourd’hui disparus. Selon la tradition familiale, sur ce même bureau travaillait encore le sultan Abdülhamid II, au palais de Beylerbeyi, après sa destitution au début du XXe siècle. C’est à la faveur de l’exil de la famille qu’il a finalement regagné sa terre natale.

Versailles, dimanche 19 décembre 2010.
Versailles Enchères SVV. M. Quéré-Blaise.

Bureau plat vers 1720 entièrement démontable - bronze d' André-Charles Boulle

  Bureau plat vers 1720  entièrement démontable. Attribué à Noël Gérard, il s’agit du seul exemplaire connu de l’ébéniste possédant cette caractéristique, rendue possible grâce à un jeu de clefs en bois et des vis. L’option "démontable" ne sacrifie en rien au luxe de la parure de notre meuble. Il est d’ailleurs possible que Gérard ait acheté divers modèles de bronze à André-Charles Boulle.
 L’attribution à cet artisan repose sur un exemplaire portant ses initiales et conservé au Museum of Art de Toledo, dans l’Ohio.
 Ce bureau figurait en juillet 1996 dans la dispersion de la collection Bute à Londres, chez Christie’s, où il enregistrait 109 250 £ frais compris (162 755 € en valeur réactualisée).
prix 2011: 240 000 €


Source Gazette Drouot

Armoire d’époque Régence attribuée à Nicolas Sageot


Collection Terrasson
 Armoire d’époque Régence attribuée à Nicolas Sageot reproduite. Un bureau plat d’époque Louis XV estampillé de Daniel de Loose montait à 36 500 €. Il est en placage de satiné et amarante souligné de riches bronzes dorés, l’entourage du plateau à moulure de cuivre étant à écoinçons coquille.

L'armoire est en placage d’écaille brune, d'ébène, de laiton, de corne teintée et d'ivoire à fin décor à la manière de Boulle, riche ornementation de bronzes dorés, h. 245, l. 136 cm



Source Gazette Drouot


Prix : 78 000 €

commode d’époque Louis XIV


Cette commode d’époque Louis XIV se distingue par la richesse et la variété des matériaux employés et du dessin. Sur un fond d’écaille rouge, le décor prend comme modèle les dessins d’ornementation de Jean Berain (1639-1711), dessinateur de la chambre et du cabinet du roi. Le plateau compose un véritable tableau, où le répertoire ornemental se déploie autour d’un personnage assis sur une balançoire sous un baldaquin.
Les figures, les cariatides et les anges mais aussi les oiseaux et les insectes sont en nacre et cuivre rouge regravé. La rigueur de l’ordre tripartite régissant la façade, adoucie par les amortissements sinueux des pieds en griffe de lion feuillagés venant camper le meuble sur le sol, fait de ce meuble un parfait exemple de l’art mobilier de la dernière partie du règne du Roi-Soleil.

 Une commode similaire a été vendue 980 000 F (161 622 € en valeur réactualisée – étude Kohn) le 7 novembre 2001 à Drouot-Montaigne. En juin 2004, à Drouot-Richelieu, une commode – la contrepartie de celle-ci – présentant également un riche décor mêlant cuivre, écaille brune, corne teintée et corne transparente était adjugée 92 000 €. Une autre d’un modèle proche a également été vendue à Paris, en avril 1967, pour 65 000 F (68 160 € en valeur réactualisée).


prix :125 000 €

Commode en placage de palissandre orné de cannelures


Commode en placage de palissandre orné de cannelures de cuivre. Fin du XIXe siècle.


 Marqueterie Boulle en écaille rouge et laiton gravé provenant d'un bureau Mazarin d'époque Louis XIV. H. 82,5, L. 130, Prof. 70,5 cm.




Adjugé 18 000 € Primardeco, à Toulouse

dimanche 8 juillet 2012

Grande pendule d'époque Louis XIV au chateau de Fontainebleau

 



Détail

Cartel Régence

Vestibule de la Chapelle


cartel d'époque régence composé de son cul-de-lampe en marqueterie Boulle laiton , incrustation de nacre et d' écaille de tortue rouge

le chapiteau est surmonté de l'abondance








Espagnolette


Cartel de cheminée


Cartel de cheminée d'époque Louis XIV en marqueterie d'écaille incrusté de laiton.

Le chapiteau est surmonté de Cronos dieu du temps.

Salon des officiers du chateau de Fontainebleau

Cartel de cheminée



Atlas supportant le terre
dans le salon de reception du chateau de Fontainebleau,



Cartel de cheminée avec son socle d'époque Louis XIV en marqueterie de première partie.

Le chapiteau est surmonté d'une bronze représentant Atlas supportant le terre


le motif de la porte represente Apollon sous les traits de Louis XIV visitant les forges de Vulcain.
Belle ornementation de bronzes ciselés et doré au mercure.

Cartel de cheminée d'époque louis XIV en première partie.


Cartel de cheminée d'époque louis XIV en première partie.

Le chapiteau est surmonté de la renomée.
Le mouvement est de Mesnil à Par.

Chambre de la Reine
Commode Boulle d'époque Louis XIV en contre partie ( fond en laiton incrusté d'écaille brune) ouvrant en quatre tirroirs.



Ornemantation de rinceau rythmer par des encadrements.


Cabinet de toilette chateau de Fontainebleau

Visite du chateau de Fontainebleau


Visite commentée du chateau de Fontainebleau le dimanche 7 juillet 2012





Etude d'une Commode dans le cabinet de toilette du chateau de Fontainebleau

Madame Poisson spécialiste de la marqueterie Boulle nous a commenté le riche mobilier Boulle du chateau de Fontainebleau .

Chambre de la reine Anne d'Autriche et son Cartel



Madame Poisson nous présente une exceptionnelle pendule sur gaine d'époque Louis XIV attribué à Andrée-Charles Boulle

Cartel d'époque Régence au château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau est la demeure des souverains français du XII ém au XIXém siècle, 32 rois y ont séjourné, chaque roi ayant apporté sa touche à l'architecture du château. Le parc et le château de Fontainebleau sont classés au Patrimoine de l'Humanité par l' UNESCO.

 Beaucoup de mobilier Boulle d'époque Louis XIV à Napoléon III.


Photo olivier James


 Cartel d'époque Régence en première partie .


Cette forme galbée est une évolution de la pendule " tête de poupée".
La corniche comporte des godrons, le bronze central représente le lever du jour.
Riche ornementation de bronzes ciselés et dorés.

Photo olivier James


Pied en espagnolette et fond en écaille brune incrusté de laiton .


Table de jeux


Table de jeu circulaire (d'une paire) d'époque Napoléon III en marqueteriie boulle d'écaille rouge et laiton en premiére partie.

Salon louis XIII du chateau de Fontainebleau